Dans l'immobilier locatif, que faire pour être rentable dans son projet?

Investir dans l'immobilier pour attendre une bonne rentabilité est simple, mais pas si facile que ça. En effet, c'est un projet de toute une vie qui requiert un travail pointu et méticuleux. Car une chose est d'y investir, mais le plus important est d'être rentable. C'est ce facteur clé qui détermine votre succès et c'est ce que nous allons aborder dans notre article.

Des calculs et estimations vous permettront d'évaluer la rentabilité de l'investissement

En amont de votre projet immobilier, vous devez évaluer la rentabilité du projet. Un calcul vous permettra d'avoir une vision claire et nette sur la productivité du projet. Faites alors ce qui suit par exemple : rapportez d'abord le loyer perçu annuellement à la valeur du prix exact du bien. Un immobilier locatif valant 200 000 euros et qui vous génère 8000 euros par an comme loyer vous donne 4% de rentabilité brute. D'autres détails vous seront utiles pour en voir plus.
Sachez que si vous intégré dans le calcul la TVA, les frais de notaire, les frais d'enregistrement, etc, ce taux subira une légère baisse.

Le calcul net du taux de rentabilité est nécessaire

La détermination de la rentabilité nette vous permettra d'estimer d'avance les gains que vous ferez dans l'investissement immobilier. Le calcul se fait en considérant toutes les charges liées à la gestion du logement et à sa possession. Ce sont les frais de la gestion, de copropriété, de l'entretien, d'assurance et aussi de la taxe foncière. Ceux-ci peuvent valoir jusqu'à 30% des loyers que vous percevrez.
Ensuite, il vous revient de calculer la rentabilité nette de l'impôt sur votre investissement locatif. Lorsque vous prenez en compte la taxe sur les bénéfices locatifs, vous pouvez déduire les fiscalités provenant des loyers imposables.

Les critères du choix sont à définir

Les critères qui vous feront obtenir un meilleur taux de rentabilité dans l'investissement en immobilier locatif sont les suivants :

  • La taille du logement : ce critère impacte considérablement les frais d'entretien et la mobilité des locataires en terme d'entrée, de sortie et des vacances locatives.
  • La situation géographique : ce paramètre conditionne la fréquence des demandes de location et par voie de conséquence le montant des loyers appliqués ; les taxes aussi vont avec.
  • Troisièmement, le logement est-il neuf ou ancien ? Les avantages fiscaux dont vous jouissez dépendent de la nature de l'appartement.